mercredi 30 décembre 2009

ÉMISSION DU I JANVIER 2010I







1°) SCARLATTI K 296 SCOTT ROSS .
Andante en fa majeur
J'espère que vous serez séduits par la dimension lyrique de cette sonate.
Ma petite fille m 'a fait l'honneur de s'intéresser à ce blog , elle a ironiquement souligné le nombre important des dames, dénudées ou non, comme sujet de mes illustrations.
Toute petite rien ne la réjouissait plus que ces musiques extraites de l'Orpheus de Telemann, j'espère qu'il en sera de même pour vous
2°) TELEMANN Orpheus RIAS /ACADEMY /FUR ALTE MUSIK dir.RENÉ JACOBS
a) L'ouverture suivie de larges extraits de la scène 2
b)Orpheus Eurimedes :
Angenemer Aufenthalt
c)Choeur des Nymphes :
Angenemer Aufenthalt
Ma petite fille aimait particulièrement la reprise par le Chœur :
Délicieux séjour où nous jouissons d'une douce paix des plus belles joies
où nous trouvons tout ce qui enflamme et nourrit l 'amour.
Un beau programme....
En 2010 on célèbrera pour notre plus grand plaisir le bicentenaire de la naissance de Chopin
3°) CHOPIN Valse en la mineur OP.34 N°2 GYORGY CZIFFRA

4°) CHOPIN trans. CARL DAVIDOV Valse en la mineur OP.34 N°2 P. WISPELWEY violoncelle/ DEJAN LASIC Piano

Je comprends les instrumentistes d'avoir envie de s'approprier Chopin.
Je ne crois pas aux vœux, mais qui sait, danser la Tarentelle éloignera les mauvais esprits de 2010.

5°) ANONYME transcription ATHANASIUS KIRCHER La Carpinese M. EASLEY /ARPEGIATTA C.PLUHAR
Prends la pelle et ranime le feu
Va chez ton amoureux
Passe deux heures dans les jeux .
Si ta mère se fâche pour ton jeu
Dis- lui que ton visage est rouge à cause du feu
Dis-lui ce que tu veux toute femme fait ce qu'elle veut
Le soleil brille lorsqu'il fait beau,
Tes seins resplendissent femme galante, ta poitrine abrite deux poignards en argent
Celui qui les touche, ma belle devient un saint
Et je les touche moi qui suis l'amant
Nous irons sans doute au Paradis
Dis lui ce que tu veux , toute femme fait ce qu'elle veut .


Ainsi pensaient les bergers de Carpino!

Illustrations : Elles sont tirées des créations de Will Cotton peintre confiseur qui fait lui même la barbe à papa et le pain d'épice de ses modèles.

vendredi 25 décembre 2009

ÉMISSION DU 25 DÉCEMBRE



1°) SCARLATTI K 295 SCOTT
ROSS .

Reprise des motifs de la 284, l'interprétation de Scott Ross lui donne un côté déclamatoire accentué par les points d'orgue.
Puisque j'ai été démasqué, c'est vrai, j'ai eu le privilège d'assister dans le cloître des Jacobins à Saint-Emilion à un récital de Radu Lupu. Jacques Drillon l'écrivait fort justement, « il y a Radu Lupu et les autres pianistes ». On sort de ses concerts durablement irradié et il est probable que tout au long de l'année je chercherai à raviver ce souvenir.

2°) SCHUBERT sonate D 960 andante sostenuto RADU LUPU

Un des très grands moments de l'histoire de la musique, une émotion intense sans nulle trace de pathos. Un simple respect de cette prescription : la musique n'est qu'un aménagement du silence. Quand on a eu l'imprudence de placer de telles œuvres en milieu d'émission, il se pose un grave problème : que mettre après ? Il y a une seule réponse : Bach. Pourquoi céder en permanence au snob refus de l'obéissance de la liturgie? Va pour une cantate de Noël.

3°)BACH Gelobet seist du, Jesu Christ BWV 91 COLLEGIUM DE GAND /HERREWEGHE

S'il y avait toujours de telles cantates à Noël, nous hésiterions moins à braver le froid des églises. En espérant que ces fêtes auront comblé vos désirs.je vous dis donc à l'année prochaine.
Illustration : Jours de fêtes de Clovis trouille

jeudi 17 décembre 2009

ÉMISSION DU 18 DÉCEMBRE



1°) SCARLATTI K 294 SCOTT ROSS .
Andante en ré mineur
Un élégant balancement, aux allures d'improvisation entre le majeur et le mineur
Vous avez failli avoir droit à des musiques de Noël, mais malgré la beauté un peu solennelle des Charpentier que j'avais réécoutés avant de vous les proposer , j'ai renoncé.
En effet, je me sens harcelé par cette liturgie contaminée par la voracité des marchands, je sais combien cette période dite des fêtes, peut être un moment douloureux pour beaucoup d'entre nous alors mon choix s'est porté sur des musiques pour « blessés de l'âme »
2°)SHOSTAKOVICH quatuor N°7 QUATUOR BORODINE
Je sais je l'ai passé le 30 mai 2008, mais vous pouvez difficilement parler de matraquage
3°)LISZT (1811-1886) Chant du berceau JEAN- EFFLAM BAVOUZET
Une belle basse obstinée jusqu'à l'assoupissement.
4°)HAENDEL Rinaldo Lascia que piango CECILIA BARTOLI
La femme qui remplace les castrats et les altos masculins et qui, m'a-t-on dit, fait bien les pâtes
.

ILLUSTRATION: Cavaillès, un grand peintre carmausin, dans l''additif à l'émission c'est Mucha

ADDITIF ÉMISSION DU 18 DÉCEMBRE



JOURNAL D'UN MÉLOMANE EXTRAIT

Parfois le concert n'apporte pas les joies escomptées, il en fut ainsi pour moi le samedi 12 décembre au Moulin du Roc où l'Orchestre Poitou Charentes Jurjen HEMPEL - Direction
Maxim Rysanov – Alto présentait: ROSSINI Ouverture de Semiramide en ré majeur--MARTINU Rhapsody concerto pour alto et orchestre H 337 --BRAHMS Symphonie n° 1 en ut mineur op. 68-- en bis l'ouverture de la Flute enchantée de MOZART.
Le programme proposé a bien mis en valeur les qualités de l'harmonie de l'orchestre qui compte des solistes qui ont largement leur place dans des formations plus prestigieuses.
C'est seulement dans le dernier mouvement qu'on a trouvé la « langueur savoureuse » que le biographe de Martinu, Guy Erismann, nous dit trouver dans cette œuvre.
Quand une amie musicienne, mélomane avisée, parfaite femme du monde, à la fin d'un concert qui n'a pas comblé son attente exigeante, croise un des acteurs de la soirée, elle le complimente sur les chaussures ou tout autre détail vestimentaire.
Ainsi je puis vous dire que le chef qui dirigeait sans partition avait des chaussures vernies éblouissantes, l'altiste des ternes chaussures grises fatiguées, mais, arborait un habit noir élégamment rehaussé d'un filet de broderie rouge qui lui courait le long des manches.

P.S. À propos de concert je vous invite à aller sur le site de notre consœur France Musique et d'écouter, pendant un mois encore, la retransmission du concert donné à Genève le 4 février 2008
par Jean-Guihen Queyras, Violoncelle & Alexandre Tharaud, Piano.Franz Schubert (1797-1828)
Sonatine N°1 en Ré majeur D.384
Arrangement de Alexandre Tharaud et Jean-Guihen Queyras
Sonate en La mineur D.821, Arpeggione
Claude Debussy (1862-1918) Sonate en Ré mineur
Dimitri Chostakovitch (1906-1975)
Sonate en Ré mineur Op.40 .
Bouleversifiant aurait dit feu Toscan du Plantier

jeudi 10 décembre 2009

ADDITIF ÉMISSION DU 11 DÉCEMBRE


JOUNAL D'UN MÉLOMANE
EXTRAITS
Moulin du Roc à Niort
Jeudi 3 décembre
PICASSO ET LA DANSE
Par la compagnie Europa Danse Direction Jean Albert Cartier.
Mardi 8 décembre
BERLIN DES ANNÉES 30
La revue des grands magasins
Compagnie Opéra Éclaté
Direction Olivier Desbordes
Sur le papier, c'était une bonne idée de programmation, offrir aux spectateurs la possibilité de découvrir deux moments emblématiques de l'histoire culturelle du XX ème, confier cette mission à deux compagnies auréolées d'un honnête savoir-faire semblait apporter une certaine garantie de réussite.
La déception fut à la hauteur des espérances.
Parade /Pulcinella /Mercure
Ce qui lors de la création avait paru révolutionnaire ,voire scandaleux, nous a semblé bien tranquille pour tout dire d'un classicisme un peu poussiéreux.
Seuls les costumes et les décors de Picasso n'ont rien perdu de leur alacrité.
Les versions musicales retenues pour la bande son ( aucune information dans le programme sur les orchestres utilisés) ne nous ont pas semblé rendre justice à la verdeur de Satie ou Stravinsky.
Cuadro flamenco (créé par les Ballets russes le 17 mai 1921)
Lors de la reprise de ce ballet par l'école de flamenco du conservatoire Royal de Madrid, nous avons atteint les sommets du kitsch.
Ceci a eu le mérite de me remettre en mémoire une conversation, dont les traces magnétiques ont été malheureusement effacées, avec Dominique Bagouet lors de la reprise, peu d'années après pourtant, d'une de ses pièces Le saut de l'ange, je crois.
Il s'agaçait et s émerveillait en même temps de la capacité des danseuses et des danseurs à intégrer et à édulcorer le moindre mouvement, "c'est normal toute la formation des danseurs vise à en faire des êtres diaphanes sans réelle sexualité" disait-il ; il soulignait combien il était difficile lors des reprises de retrouver le souffle de la création ,de les "trouver présents dans leurs corps". Pardonnez -moi, je cite de mémoire, et c'était il y a 20 ans.
La revue des grands magasins
Revue satirique en 24 tableaux.
Ce Berlin de la République de Weimar hante tous les cinéphiles Marlène et Von Sternberg qui l'a découverte alors qu'elle jouait cette revue bien sûr mais aussi Visconti, Bob Fosse et Fassbinder.
C'est dire notre attente..
Il y fallait de la folie, il n'y avait qu'une pénible application.
Il y fallait un érotisme sulfureux, il n'y avait que de la grasse gaudriole.
Il fallait tendre l'oreille souvent en vain pour entendre les chanteurs et saisir l'esprit supposé des paroles...
On s'est plu à rêver à la même soirée mise en scène par Jérôme Savary...
Illustration : Picasso Pulcinella

ÉMISSION DU 11 DÉCEMBRE 2009



1°) SCARLATTI K 293 SCOTT ROSS .
Allegro en si mineur.
Des toccatas aux motifs repris en imitation et, en plus, des marches harmoniques.
Pour toutes celles et tous ceux qui aiment Scott Ross,, je me permets de leur signaler qu'avec le numéro de décembre de Diapason ils trouveront l'enregistrement du récital mythique qu'il donna le 12 juillet 1986 à l'abbaye de St Guilhem le Désert ( Rameau, Bach, Scarlatti)
2°)RUDOLF NELSON(1878-1960) Peter PeterMARLENE DIETRICH Orch. PETER KREUDER
L'enregistrement date du 11 mars 1931, mais Marlene est toujours aussi troublante .
La peur des minarets a des causes.

Il est des surprises qui m'étonnent, ainsi celle la presse suisse abasourdie par le résultat de la votation, alors qu'à longueur de colonnes elle nous a relaté les frasques et l'impunité du fils Khadafi, les menaces du père, l'humiliation des genevois quand leurs avides boutiquiers les vident de leur magasin pour permettre aux harems en Rolls de faire leurs emplettes, ces aventures sont quotidiennement ponctuées par des faits divers plus ou moins sanglants dont les kossovars sont les héros..

3°) POGLIETTI (16??- 1683) Balletti in C-Entrée BELL'ARTE SALZBURG & PAUL PLUNKETT.
Organiste à la cour de l'empereur Léopold I, il est mort 1683, tué par les turcs lors du siège de Vienne.
La peur des suisses en a d'autres.
Elle a beau être australienne c'est la grande spécialiste de cet art typiquement suisse le Yodel.
4°) MOZART Tubes variés MARY SCHNEIDER
Redoutable n'est ce pas ?
Si vous avez eu la patience rester à l'écoute vous avez bien mérité cette apparente et émouvante simplicité.
5°) ARVO PÄRT Für Alina ALEXANDER MALTER
Un des sommets du style tintinnabuli .
Je pourrai comparer ma musique à une lumière blanche dans laquelle sont contenues toutes les couleurs . Seul un prisme peut dissocier ces couleurs et les rendre visibles ; ce prisme pourrait être l'esprit de l'auditeur. Arvo Pärt
Samedi 12 Décembre 2009 / NIORT
Moulin du Roc, 20:30
ROSSINI Ouverture de Semiramide en ré majeur
MARTINU Rhapsody concerto pour alto et orchestre H 337
BRAHMS Symphonie n° 1 en ut mineur op. 68
Jurjen HEMPEL - Direction Maxim Rysanov - Alto
N'oubliez pas ce concert , en plus grâce à la générosité du Moulin du Roc Nous offrons quelques places .Faites vous connaître sur le blog.
Illustration: Irène Pijoan, une helvète, fille de catalan qui fit carrière aux Etats Unis et vient hélas de mourir.

jeudi 3 décembre 2009

ÉMISSION DU 4 DÉCEMBRE









1°) SCARLATTI K 292 SCOTT ROSS .
Allegro en mi mineur.
2°) GALINA USTVOLSKAYA (1919 -2006 ) trio (1949)R. de LEEUW / V.BETHS /H.deBOER

Il est des moments où l'on a besoin de musiques inouïes, j'espère que cette oeuvre de Galina Ustvolskaya vous touchera.
Elle même disait de sa musique: « il n'y a aucun lien entre ma musique et celle d'un autre compositeur qu'il soit mort ou vivant »
Shostakovitch dont elle fut l'élève, certains disent sa maîtresse, avait une grande considération pour elle.
3°)JOSQUIN DESPREZ (1440-1521) Qui habitat à 24 HUELGAS Dir.PAUL VAN NEVEL
Josquin est l'égal de Michel Ange écrivait Cosimo Bartali à Venise en 1567.
Ici sont combinés 4 canons à 6 voix.
Un sommet du contrepoint.
ILLUSTRATION: Robert Fahri Le métro de St Petersbourg où enseigna Galina
et un nu au piano de Maurice Ehlinger parce qu'il n'y a pas que les escaliers dans la vie!


jeudi 26 novembre 2009

ÉMISSION DU 27 NOVEMBRE




1°) SCARLATTI K 291 SCOTT ROSS .
Andante en mi majeur



2°)BARBER Sonate Opus 26 VAN CLIBURN



Dans son précieux et monumental , La musique de piano Dictionnaire des compositeurs et des oeuvres Bouquins Laffont, Guy Sacre salue dans cette composition de 1948, une des grandes sonates de l'école américaine et sans doute du XXe siècle: « Elle illustre parfaitement le style de la maturité de Barber, fait d'un invincible romantisme dans le fond comme dans la forme, à quoi se mêle des éléments de modernité. Ceux-ci peuvent aller jusqu'au dodécaphonisme; mais nul ne sera dupe de ces séries ironiques , où le sentiment tonal ne perd jamais de sa force. »
Comme souvent, je finis toujours par en revenir à cette interprétation par laquelle je l'ai découverte.


3)° DOWLAND ( 15631626 ) Flow my tears ANDREAS SCHOLL
Déchirant extrait du disque English folksongs chez Harmonia mundi


ILLUSTRATION : Vignettes publicitaires chères à Alexandre Vialatte

ADDITIF À L'ÉMISSION DU 27 NOVEMBRE






JOURNAL D'UN MÉLOMANE EXTRAIT




J'avais adoré son Sarnavo où il faisait jeu égal avec Luciano Berio dans Laborintus,c'est donc avec gourmandise que je me suis rendu au T.A.P. le 20 novembre pour découvrir La langue d'après Babel de Sylvain Kassap, compositeur que défendent avec le talent qu'on leur connait les musiciens d'Ars Nova et leur chef Philippe Nahon..
Revêtus d'une combinaison d'employés de la DDE ou de prisonniers de Guantanamo ils partageaient la scène avec les musiciens traditionnels, africains de l'ouest , du trio LoLo Plus .
Dans sa note d'intention Sylvain Kassap écrit: « La langue d'après Babel est presque un opéra de poche, le livret s'inspire bien sûr de la Genèse mais cite aussi Dante, Jean Jacques Rousseau, Ovide , Buenaventura Durruti , le sous commandant Marcos* et André Velter, j'ai écrit le reste.
En ce qui concerne l'écriture musicale j'ai préféré respecter les individus présents plutôt que les (leurs) sources musicales de façon à pouvoir composer une musique d'aujourd'hui, mais on trouvera quelques traces de musiques que j'ai pu croiser, jouer écouter comme autant de langages fondus en un seul discours. »
Le savoir faire est indéniable, le respect des uns et des autres patent, le talent et la séduction des deux chanteuses Géraldine Keller et Sissao éclatants, pourtant malgré l'énergie déployée, nous n'avons pas su nous enthousiasmer.
Dimanche soir, à la télévision, un film de Julien Duvivier Les Cinq Gentlemen maudits, l'action se déroule au Maroc et l'auteur de la musique du film Jacques Ibert (1890-1962) qui eut son heure de gloire , s'appuya lui aussi, fort savamment, avec subtilité sur la musique ethnique, là aussi pourtant...
Il faut croire qu'il est difficile de faire pousser des fleurs immortelles sur le fumier du colonialisme.
*Une précision qui n'a rien à voir avec la musique, mais à laquelle je suis attaché , si le sous commandant Marcos a bien écrit : "nous sommes une armée de rêveurs et pour cette raison nous sommes invincibles". Il rajoutait prudemment ou ironiquement plus loin: "Tout au moins nous ne méritons pas de perdre!"

jeudi 19 novembre 2009


1°) SCARLATTI K 290 SCOTT ROSS .
Il n'a pu échapper aux fidèles auditeurs que nous avions écouté la 289 le 23 octobre
Allegro en sol majeur.
2° MOZART Se lontan ben mio tu sei Kv 438 C. DEVRIES/J.SCHOLTE /RAMSELAAR
Oeuvre rare que ce précieux nocturne , que Mozart composa pour animer les soirées chez l'ami Jacquin, une sympathique version extraite des œuvres complètes publiées par Brillant.
3°) ZAD MOULTAKA/ G. SHEHADÉ Enluminures LES ÉLÉMENTS dir. JOËL SUHUBIETTE
Cet extrait de l' enregistrement du concert donné par Ars Nova* & Les Éléments à Saintes le 20 juillet 2005 témoigne de subjuguante perfection du poème de la musique et de l'interprétation.
Philippe Herreweghe dit de Joël qu'il est en quelque sorte son seul disciple, il peut en être fier .
Enluminures
Poèmes de Georges Shehadé. Extraits de Poésies I (1938),
Poésies II (1948) et Poésies III (1949) © Gallimard
1. (I, I)
D'abord derrière les roses il n'y a pas de singes
Il y a un enfant qui a les yeux tourmentés
2. (II, II)
ll y a des jardins qui n'ont plus de pays
Et qui sont seuls avec l'eau
Des colombes les traversent bleues et sans nids
Mais la lune est un cristal de bonheur
Et l'enfant se souvient d'un grand désordre clair.
3. (II, XIII)
Je me dériderai dans un jardin de pomme
Dans cette eau de la campagne
Aux pas immaculés
Et pour toi amie des saules de la mort
Les colombes qui volent sans air
L’absence plus longue que les années
4. (III, VI)
Celui qui pense et ne parle pas
Un cheval l’entraîne vers la Bible
Un bâton ne lui fait pas peur
Car l’esprit ne l’a point quitté
Celui qui rêve se mélange à l’air
5. (III, XIV)
Nous irons un jour enfants de la terre
Avec nos mouchoirs vermeils
Envoler l’oiseau des mains de la pierre
Aux pays de l’ombre cette brouette triste
Dans une vallée de roses réduite mais violente
A travers les adieux du soleil
Nous verrons la nuit et le jour se défendre
Puis la lune comme une plaine sur la mer
Ainsi nous allons à la découverte du ciel
Avec l’ombre cette brouette triste
Multipliant nos fagots dans la vie froide des nuages
Comme ceux qui dorment dans la terre éternelle
6. (II, XII)
Un violon aveugle pleurait pour nous
Une fontaine de pierre
L’hiver la saison sans figure
Quand les raisins sont noirs
7. (II, VIII)
ô mon amour il n’est rien que nous aimons
Qui ne fuie comme l’ombre
Comme ces terres lointaines où l’on perd son nom
Il n’est rien qui nous retienne
Comme cette pente de cyprès où sommeillent des enfants de fer bleus et morts
8 (II, IV)
Comme ces lacs qui font très mal
Quand l’automne les couvre et les bleuit
Comme l’eau
9. (II, XVIII)
Nous reviendrons corps de cendre ou rosiers
Avec l’oeil cet animal charmant
Ô colombe
Près des puits de bronze où de lointains
Soleils sont couchés
Puis nous reprendrons notre courbe et nos pas
Sous les fontaines sans eau de la lune
Ô colombe
Là où les grandes solitudes mangent la pierre
Les nuits et les jours perdent leurs ombres
par milliers
Le Temps est innocent des choses
Ô colombe
Tout passe comme si j’étais l’oiseau immobile.
LES CRIS DE PARIS
Depuis des années, le choeur de chambre Les Cris de Paris, reconnu pour son
engagement en faveur de la création contemporaine, a pris l’habitude de terminer ses
concerts par un « encore » (un bis pour les francophones), spécialement écrit par les
arrangeurs du groupe à partir d’une chanson a priori étrangère au monde de la
musique classique. Au fil du temps, un répertoire sans équivalent s’est ainsi
construit, composé de facettes multiples : Brel, Gainsbourg, Dutronc, mais aussi
Madonna, Zappa, Björk et Spears (Britney…).
4°)MEDEIROS Toi mon toit LES CRIS DE PARIS dir GEOFFROY JOURDAIN
5°)BJORK Hunter;
Deux arrangements signés David Colosio
Cette émission n'a pas pour but de décourager les chœurs amateurs, le plaisir de chanter ensemble n'a guère d'égal, mais si cela pouvait les inciter à ne pas faire payer les auditeurs je n'aurai pas perdu mon temps
Illustration:Jean Marc Frésil Bonne lecture

mercredi 11 novembre 2009

ÉMISSION DU 13 NOVEMBRE 2009










1°) SCARLATTI K 287 & 288 SCOTT ROSS .C.D.34 /20&21/ 1,35/2,10
Andante et Allegro en ré majeur.
Deux des trois pièces marquées pour orgue ( organo di camera con due tastaturas flautato e trombone.
En fait d'orgue de chambre il s'agit ici de l'orgue de St- Guilhem -le- Désert
Pour celles et ceux à qui leur petit morceau de clavecin hebdomadaire viendrait à manquer
2°) F. COUPERIN (1688-1733) 5eme ordre la Tendre Fanchon AURÉLIEN DELAGE 4,08
L'admirable jeune bordelais fait sonner comme personne l'instrument du facteur
Émile Jobin, copie du clavecin de Tibaut de Toulouse (1691 conservé sous forme d'épave au musée de la Villette.
3°) BRAHMS Rhapsodie Op.53 pour alto choeur d'homme et Orchestre KATHLEEN FERRIER / C.KRAUS
Un enregistrement de légende, une œuvre émouvante, mais vous le valez bien..



ILLUSTRATION: Theo van Rysselberghe voiliers sur l'Escaut


NOUS AVIONS BEAUCOUP AIMÉ LE SARNAVO DE SYLVAIN KASSAP.


Donc nous serons attentif à la création le vendredi20 novembre au T.AP. de Poitiers de


La Langue d'après Babel Sylvain Kassap Trio Lolo Plus Ars Nova


Le mythe de la tour de Babel avait inspiré à Luciano Berio son Laborintus II mais aussi un cycle de mélodies à Mauricio Kagel. Sylvain Kassap, grand connaisseur de l’Afrique nous en livre ici une lecture, en imagine la suite et nous conte comment musiciens africains et européens peuvent avoir la musique comme langue. Ce projet est bâti sur la rencontre et l‘échange entre deux cultures, entre des pratiques musicales différentes, entre l’oral et l’écrit, entre instruments et sonorités africains et « classiques ». Pour faire idéalement sonner un groupe de musiciens traditionnels du Burkina Fasso et un ensemble de musique contemporaine, Sylvain Kassap a tissé une partition pour un ensemble riche de sonorités, complétant djembé, tama et autre balaphone du Trio Lolo Plus par les instruments plus classiques d’Ars Nova ainsi que des voix des deux continents. Le livret puise entre autres dans La Genèse, chez Dante et cite quelques aphorismes burkinabés.Musique Sylvain KassapDirection musicale Philippe NahonAvec Trio Lolo Plus (1 chanteuse, 5 musiciens) et Ars Nova ensemble instrumental (1 chanteuse, 6 musiciens)


Répétition publique commentée par Sylvain Kassap, Philippe Nahon et Sandrine Piq


Le jeudi 19 NOV. - 18:30

jeudi 5 novembre 2009

ÉMISSION DU 6 NOVEMBRE







1°) SCARLATTI K 286 SCOTT ROSS .
Allegro en la majeur.
Une gigue syncopée.
Parfois la paresse nous interdit des plaisirs.
Ainsi ce soir, alors que l'affiche est prestigieuse, je ne serai pas à Poitiers pour écouter
L'orchestre des Champs E lysées qui sous la direction de chef et fondateur PH. Herreweghe donnera de Schumann la symphonie N°3 dite Rhénane et le concerto pour violoncelle, en soliste Jean Guihen Queyras
2° SCHUMANN Concerto pour violoncelle, adagio . CHRISTOPHE COIN & PH. HERREWEGHE O.C.E.
L'enregistrement date de décembre 1996, comment l'interprétation a-t-elle évolué ?

Queyras est-il si différent de C.Coin, nous essayerons de nous renseigner auprès d'espions qualifiés.


3°)LUIGI DALLAPICCOLA ( 1904-1975) Canti di prigioni Prière de Marie Stuart RIAS & SCHÖNBERG ENSEMBLE


On ne mesure pas toujours nos privilèges, ainsi sur les ondes de D4B ont encore leur place des musiques que les préjugés des programmateurs inféodés à l'esprit marchand nous occultent.
Cette œuvre date 1941.Son écoute attentive vous apportera , je n'en doute pas une grande émotion.
4°) PIAZZOLA prélude Leilas'game PETER WATERS
Encore un qui a fait le voyage pour mademoiselle Boulanger.
Et puis un poème extrait de LA GRANDE GAITÉ de Louis Aragon.
LES DERNIERS JOURS
Les philosophes les artistes
Les crémiers les gens très bien
Sont tombés dans le précipice
Pas besoin d'enterrement
Plus de théorie de peinture
Le monde en reste désolé
Heureusement que pour se distraire
On a la Radiophonie


ILLUSTRATION :Morandi de la collection Phillips à Washington ; j'avais envoyé quelqu'un pour me le voler, mais on ne peut plus compter sur personne.

jeudi 29 octobre 2009

ÉMISSION DU 29 OCTOBRE 2009



1°) SCARLATTI K 285 SCOTT ROSS .
Reprenons le fil de nos sonates
Sur le manuscrit de Venise C'est indiqué Allegro, sur celui de Parme Andante Allegro.
Scottie a choisi allegro.
Identité nationale norvégienne : Grieg compositeur norvégien emblématique était le fils du consul, écossais, de Grande Bretagne à Bergen....

2°)GRIEG(184361907) Andante en ut mineur TRIO DE MOSCOU


Faisait sans doute partie d'un projet de vaste trio abandonné


3°) GRIEG La chanson de Solveig ELISABETH SÖRESTROM N.P.O. Dir ANDREW DAVIS
Je sais elle est connue, mais je ne vois pas au nom de quoi je me refuserai ce plaisir
4°)GRIEG la paix des bois op.71 DANIEL LEVY
Un extrait du plus parfait des recueils de Pièces lyriques
La mort rode mais la forêt nordique est consolatrice.
Illustration : Edward Steinchen (1879-1973)

vendredi 23 octobre 2009

CONCERT 18 OCTOBRE T.A.POITIERS

JOURNAL D'UN MÉLOMANE
EXTRAITS
Ce dimanche 18 octobre au théâtre auditorium de Poitiers, dans leur jardin, du piano J.F. Heisser a dirigé l'orchestre Poitou Charentes dont il est le directeur artistique les 5 concertos pour piano et orchestre de Beethoven.
, JF. Heisser est un grand pianiste Il a un beau son, rondeur et subtilité du modelé, une virtuosité sans affèterie mais il s'est imposé un défi que peu, à ce jour, ont relevé, l'aventure fréquente avec les concertos de Mozart est plus rare avec Beethoven .
Le cumul des deux fonctions évite l'affrontement entre le chef et le pianiste même si parfois la confrontation, comme l'échange donne des moments musicaux sublimes.
Diriger J.F Heisser en tant que soliste à la tête de son orchestre Poitou Charentes en a placé plus d'un, même expérimentés , nous y avons assisté, en position inconfortable, saluons donc le choix fait.
Dès les premières mesures on sent une volonté, un engagement sans faille des protagonistes et un souci de précision dans la direction Tout le monde est poli on déroule un voluptueux tapis au soliste qui a son tour dialogue avec élégance avec les instruments l'excellent hautboïste* (F..Grauvogel) entre autres .
J.F Heisser a su préserver ce parfum d'improvisation qui affleure dans la partie de piano. Lors de la création, c'est l'élève de Beethoven, Ferdinand Ries qui devait tourner les pages du maître, il fit une drôle de tête quand il vit que la partie de piano était resté e blanche ou remplie de hiéroglyphes incompréhensibles
Dans le 4eme concerto c'est le piano qui entre le premier et grâce à cette merveilleuse introduction c'est un climat poétique qui baignera tout le concerto.
Entre le soliste et l'orchestre l'équilibre fut parfait, trop habitués aux corrections des ingénieurs du son, on oublie trop souvent le travail et le soin que la performance exige,
Pascal Dusapin me disait un jour que dans ses concertos Beethoven avait résolu des problèmes entre l'individu et la société devant lesquels les politiques restaient sans imagination.
L'option choisie à Potiers a affaibli la violence du dialogue, atténué les tensions ; dans le 5eme faussement dit l'Empereur j'aurais aimé une confrontation plus âpre, une matière orchestrale plus sculptée dans les détails.
On retrouva cette violence beethovénienne dans l'ouverture de Coriolan jouée à un tempo d'enfer.
De ce marathon nous retiendrons la performance elle même et quelques moments de grâce musicale pure.
*Une telle aventure n'est possible qu'avec un engagement total des solistes du premier violon et des chefs d'attaque, il me semble qu'on aurait pu annoncer leur nom dans le programme plutôt que de répéter indéfiniment la longue et prestigieuse, il est vrai, biographie de J.F. Heisser .
Nous aimerions aussi qu'y figurent clairement les mouvements,le tempo, les compositeurs des cadences et des explications moins pédantes Ex le Beethoven hégélien ...

ÉMISSION DU 23 OCTOBRE



1°) SCARLATTI K 289 SCOTT ROSS .
J'ai égaré le C.D.où figurait la 285 en avance donc cet allegro en sol majeur
Après avoir écouté des musiques aussi fondamentales et substantielles que les concertos de Beethoven il m' est difficile de rompre le silence sans agacement, heureusement il y a Bach.


2°) J.S. BACH Partita B.W.V. 997 Sarabande HOPKINSON SMITH
En l'absence de manuscrit autographe les spécialistes se querellent sur la destination de cette oeuvre ,clavecin ou luth En fait le clavecin ne fait guère de doutes, malgré certaines particularités d'écriture, Carl Philip Emmanuel l'a même écrit de sa main sur la partition, mais sans doute s'agit-il d 'un clavecin- luth
.Cette version est due à Johann Christian Weyrauch, ( 1694-1741) notaire mélomane.
Cette sarabande a certainement évoqué chez vous:

3°) J.S. BACH Passion selon St Matthieu Choeur final HERREEWEGHE / COLLEGIUM VOCAL DE GENT


La deuxième version du maître de Gand et Saintes réunis.


4°)MOZART andante KV 616 B. FOCCROULE


Une petite valse pour orgue mécanique composée la dernière année de sa vie


5°) GARDEL Volver LA CHIMERA/ FURIO ZANASI
De la valse au tango il n'y a que peu de pas Comment ne pas les franchir avec cet ensemble dirigé par E. Eguez
Illustration : Lapoujade couple à sa fenêtre. Vous pouvez envoyer vos dons pour me permettre d'acquérir cette toile...

vendredi 16 octobre 2009

ÉMISSION DU 16 OCTOBRE

1°) SCARLATTI K 284 SCOTT ROSS
Allegro en sol majeur.
Un alerte rondo d'allure populaire.
Ce ouiquende* le mélomane ne pourra que se réjouir de l'abondance des propositions, ce soir au Moulin du Roc à Niort qui accueille le pianiste Michaël Rudy et l'orchestre de chambre de Stuttgart
Les détails sur: http://www.moulinduroc.asso.fr .
Nous empruntons cette graphie à Queneau, mais nous n'avons rien contre la proposition de Marcel Aymé : vicande
À Poitiers dans le très bel auditorium:
Dimanche, un incroyable défi de J.F. Heisser qui du piano dirigera son Orchestre Poitou-Charentes
Dans l' intégrale des concertos pour piano de Beethoven
11h Concerto pour piano n° 2 en si bémol majeur op. 19Concerto pour piano n° 1 en ut majeur op. 15


14h30 Concerto pour piano n° 3 en ut mineur op. 37*Concerto pour piano n° 4 en sol majeur op. 58


17hOuverture de Coriolan en ut mineur op. 62*Concerto pour piano n° 5 en mi bémol majeur op. 73 « l’Empereur *»
S'il n'est pas rare que les pianistes dirigent de leur instrument dans Mozart ,ce n'est guère fréquent dans Beethoven dont l'orchestre est plus étoffé.
*Dès ce soir à Salle Agapit à St Maixent.
2°)BEETHOVEN Concerto N°3 largo RUDOLF SERKIN NEWYORK PHILHARMONIC dir L. BERNSTEIN .
Un frémissement lumineux
3°)BEETHOVEN CONCERTO n°4 andante con moto EMIL GILELS/ PHILHARMONIA LEOPOLD LUDWIG .
Selon Christophe Deshoulières, grand connaisseur la musique la plus mélancolique de Beethoven
4°)BEETHOVEN Concerto n°5 « l'empereur » CLIFFORD CURZON / Dir H. KNAPPERTBUSCH /PHILARMONIQUE DE VIENNE .
C'est ma version préférée, mais d'autres peuvent émouvoir.

Illustration Emma Augier : Ardèche

jeudi 8 octobre 2009

ÉMISSION DU 9 OCTOBRE



1°) SCARLATTI K 283 SCOTT ROSS
Andante Allegro
Un prélude qui reprend les motifs de la K270


Comme je l'avais annoncé la semaine dernière cette émission sera consacrée à Alicia de Larrocha, morte le 25 septembre dernier .
Elle était née le 23 mai 1923, sa mère et sa tante avaient été les élèves de Granados .
2°) GRANADOS Danzas española, Oriental andante ALICIA DE LARROCHA (1994)

Debussy écrivit ceci à Miguel Salvador lorsqu'il apprit la mort de Granados :
« J'ai peu connu Granados mais sa personnalité est restée vivante en moi; il avait une façon gentille de porter une tête gentille* que l'on ne pouvait facilement oublier....Sa musique étrangement vivante vous poursuivait comme certains parfums plus persistants que forts »
Dans la revue hispano – américaine de musique il sont jugé bon de remplacer gentille par géniale.

3°)ALBENIZ Cantos de España, Preludio Asturias ALICIA DE LARROCHA (1959)
Un samedi soir de 1897 Debussy envoyait ce mot à Pierre Louis : pour des raisons stupides et un peu sentimentales, je suis obligé de me priver de la joie de diner avec toi et Albeniz.

4°) FALLA L'amour sorcier danse rituelle du feu ORCH. SYMPHO .DES ASTURIES Dir.MAXIMIANO VALDES

5°) FALLA L'amour sorcier danse rituelle du feu ALICIA DE LARROCHA (1973)
La plus riche en sonorités orchestrales n'est pas forcément la version avec orchestre.

Après avoir passé ces quelques disques, je m'en veux car c'est un hommage bien partiel et réducteur rendu à cet immense pianiste ;vous lirez avec profit le bel article que lui a consacré Alain Lompech dans le Monde.
Il vaut mieux laisser l'obituaire aux grandes radios qui disposent d'une plus vaste discothèque.

Ilustration: Xavier Mellery( 1845-1921) , l'escalier, encore un belge!!!!!

vendredi 2 octobre 2009

ÉMISSION DU 2 OCTOBRE




Le programme de cette émission reprendra celui qui n'a pu être diffusé la semaine dernière.


Je remercie celles et ceux qui m'ont fait part de leus regrets.


La semaine prochaine nous consacrerons notre émission à Alicia de Larrocha.
Illustration : Émilienne Delacroixs

vendredi 25 septembre 2009

ÉMISSION DU 25 SEPTEMBRE 2009


À la suite d'une malencontreuse erreur ce programme n'a pas été diffusé ce jour mais vous avez subi, sans trop de peine j'espère, une rediffusion de l'émisson du 31 juillet

. Les responsables seront fouettés bien entendu!!!!



1°) SCARLATTI K 282 SCOTT ROSS Allegro en ré majeur. Une construction surprenante et sophistiquée.

Le calendrier l'affirme c'est l'automne ! Donc chez les mammifères une saison très propice aux amours, les raisons ne sont pas connues mais cette activité matrimoniale est attestée par le taux de natalité du mois de mai.

2°) FRITZ KREISLER Liebesfreud MISHA ELMAN /J.SEIGER Misha Elman, petit-fils d'un violoniste klesmerl possédait depuis 1907 le sTRADIVARIUS de Joachim sur lequel il joua toute sa vie, alternant parfois avec deux autres Stradivarius, le Madame Récamier 1727cadeau de mariage de sa propre femme (1925), et le Samazeuilh (1735) qu'il avait acquis en 1923. Si j'avais été l'heureux possesseur de ces instruments, je le sais, je n'aurais pas pour autant été un virtuose. En vertu de quelle supposition stupide ai-je pu croire que la possession de certains stylos ferait de moi un écrivain?

3°)MASCAGNI (1863-1945) L'amico Fritz A. GEORGHIU /R. ALAGNA Orch. de Covent Garden Dir.R.ARMSTRONG. Comment les amours de la jeune Suzel et du vieil alsacien ont -elles pu passionner le jeune garçon que j'étais? Je cherche des réponses

4°) MOZART Don Giovanni CESARE SIEPI /HILDE GUDEN /JOSEF KRIPS La séduction, ses rapports avec l'amour pour vous aider à vous faire une idée il est sage de faire appel aux savants.

Lors de leur rencontre, le mâle et la femelle moustique synchronisent la fréquence de battement de leurs ailes. Cette reconnaissance acoustique serait un préalable à l'accouplement. Bbbzzz... Le bruit du moustique femelle qui tourne autour de vous et s'apprête à piquer vous est insupportable, d'autant que certains de ces insectes véhiculent des maladies graves. C'est pourtant une agréable chanson pour le moustique du sexe opposé qui l'entend. Laurent Cator et ses collègues, de l'Université Cornell à New York, ont découvert que le mâle et la femelle de l'espèce Aedes aegypti – vecteur de la dengue et de la fièvre jaune – ajustent la fréquence de battement de leurs ailes à la même valeur – 1 200 hertz – afin de se rencontrer... et de s'accoupler. La fréquence fondamentale des battements des ailes d'une femelle de cette espèce est de 400 hertz, celle d'un mâle de 600 hertz. Les biologistes ont montré que quand les deux protagonistes se rapprochent l'un de l'autre à moins de quelques centimètres, ils changent en moins de dix secondes la fréquence de vibration de leurs ailes qui atteint alors 1 200 hertz, soit le troisième harmonique de la fréquence de la femelle et le deuxième de celle du mâle. Voir la vidéo ici (© Science/AAAS). La présence d'une stimulation acoustique est nécessaire pour que la synchronisation ait lieu, mais un partenaire réagit à n'importe quelle fréquence de battement d'ailes et pas seulement à la fréquence fondamentale du sexe opposé. La concordance des battements d'ailes aboutit dans la plupart des cas à un accouplement. Et quand les femelles se sont déjà accouplées (du sperme est présent dans leur organe de stockage), elles sont moins sensibles au stimulus masculin et ne synchronisent pas leurs battements d'ailes. Des moustiques qui entendent très bien Cette découverte est d'autant plus surprenante qu'on pensait les femelles moustiques sourdes ; seuls les mâles entendraient les femelles pour trouver celle correspondant à leur espèce. En fait, en implantant des électrodes dans l'organe auditif des moustiques et en enregistrant sa réaction à des sons, les chercheurs ont constaté qu'il est plus sensible qu'on ne le croyait. Non seulement les femelles entendent, mais les deux sexes sont capables de détecter des fréquences allant jusqu'à 2000 hertz. Pour plus de détails: L.J. Cator et al., Harmonic Convergence in the Love Songs of the Dengue Vector Mosquito, Sciencexpress;

5°) FRITZ KREISLER / RACHMANINOV Liebesfreud JORGE BOLET Une étonnante transcription de ce qui était un tube à l'époque.
Illustration: André Kertesz Escalier chez Mondrian

jeudi 17 septembre 2009

ÉMISSION DU 18 SEPTEMBRE 2009





1°) SCARLATTI K 281 SCOTT ROSS
Andante en ré majeur
D'une tendre majesté.
ON NOUS CACHE TOUT.
En 1977 au lendemain de la mort d'Hélène, la femme de Berg on eu accès aux manuscrits qui confirmèrent l'existence d'un texte sous-jacent à la ligne mélodique du largo desolato de sa Suite lyrique pour quatuor à cordes (1926).
Le nom de la véritable dédicataire de l'œuvre, Hanna Fuchs, mêlé à celui d'Alban Berg apparaît avec les quatre premières notes Si bécarre la fa si bémol B,A,F, H ..
2°)BERG Suite lyrique Largo desolato & largo desolato sur des vers de Baudelaire PRAZAK QUARTET & VANDA TABERY soprano.
Le De profundis clamavi de Baudelaire est une parfaite illustration du « les chants désespérés sont les chants les plus beaux »Le texte allemand est de Stefan George.
J'implore ta pitié, Toi, l'unique que j'aime,


Du fond du gouffre obscur où mon cœur est tombé.

C'est un univers morne à l'horizon plombé,


Où nagent dans la nuit l'horreur et le blasphème;


Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois,


Et les six autres mois la nuit couvre la terre;


C'est un pays plus nu que la terre polaire-


Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois!


Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse


La froide cruauté de ce soleil de glace


Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos;


Je jalouse le sort des plus vils animaux


Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide,


Tant l'écheveau du temps lentement se dévide!



Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal




Ainsi dans Corneille, Horace Acte II scène 2:




Sattacher au combat contre un autre soi-même,


Attaquer un parti qui prend pour défenseur

Le frère d’une femme et l’amant d’une sœur


Et rompant tous ces nœuds, s’armer pour la patrie


Contre un sang qu’on voudrait racheter de sa vie,


Une telle vertu n’appartenait qu’à nous ;


L’éclat de son grand nom lui fait peu de jaloux,


Et peu d’hommes au cœur l’ont assez imprimée


Pour oser aspirer à tant de renommée.
Curiace



Il est vrai que nos noms ne sauraient plus périr


L’occasion est belle, il nous la faut chérir.


Et* nous serons miroirs d’une vertu bien rare ;



*Ce vers 455 qui figurait dans le texte orignal été transformé en 1641pour l'édition chez Courbé par Corneille lui-même sans doute pour dissimuler l'acrostiche en :
Nous serons les miroirs d'une vertu bien rare .
Si vous êtes amateurs de ces curiosités je ne puis que vous conseiller Nous les moins que rien fils aînés de personne multiroman Fayard.
3°)RAVEL Jeux d'eau ALEXANDRE THARAUD
Saint-Saens considérait que cette pièce relevait de la cacophonie l'auteur considérait;que«
Les Jeux d'eau, parus en 1901, sont à l'origine de toutes les nouveautés pianistiques qu'on a voulu remarquer dans mon œuvre . »
À notre grand regret l'intégrale prévue par Alice Ader n'a jamais été publiée.

Dimanche soir, une plaisante pochade Mon petit doigt m'a dit de Pascal Thomas La musique de Rheinardt Wagner est fondée sur un thème que je connais mais de qui?
Bon sang mais c'est bien sûr!
BIZET Les pêcheurs de perle - Je crois entendre encore- VILLAZON /PLASSON /orch RADIO MUNICH;
Un beau garçon qui chante bien, normal que les dames en soient folles...


Illustration: Cette photo du quasi centenaire Ronis ma toujours ému

vendredi 11 septembre 2009

ÉMISSION DU 11 SEPTEMBRE 2009



1°) SCARLATTI K 280 SCOTT ROSS
allegro en la majeur
Un bel exemple de forme concentrée poussée à la limite selon Alain de Chambures auteur du livret qui accompagne les 555 sonates
Voilà bien longtemps que je n'avais écouté du Widor, cela doit remonter à mon adolescence albigeoise où ce compositeur avait la faveur des titulaires de l'orgue de St Salvy, Cabié ou Marie Moliinier-Prat.
Malgré sa puissante solennité un peu écrasante, cette musique est loin d'être inintéressante et sera un jour réévaluée.
2°) C.M. WIDOR (1844-1937) Symphonie N°3 menuetto & fugue JORIS VERDIN
Enregistrement fait à Royaumont sur l'orgue Cavaillé- Coll , facteur cher au compositeur,qui fut organiste de St-Sulpice de 1869 à 1934 date de son remplacement par Marcel Dupré.
TRAVAUX D'ÉTÉ
3)° MAHLER Symphonie N°4 mouvement 4 BARBARA BONNEY / MUTI /PHILHARMONIQUE DE VIENNE;
Mahler mit à profit ses vacances de directeur de l'opéra de Vienne en 1899 pour composer cette symphonie en agençant tout en fonction de ce chantcomposé en 1892. Il acheva l'oeuvre l'année suivante.
Les paroles, un poème d' Achim et Brentano, sont fort réjouissantes :

Nous goutons les joies célestes, détournés des choses terrestres. Du ciel on n'entend guère le tumulte du monde! Tout vit dans la plus douce paix! Nous menons un vie angélique! Mais quelle n'est pas notre gaieté! Nous dansons et bondissons, nous gambadons et chantons! Et Saint Pierre, en ces lieux, nous regarde!
Jean laisse s'échapper le petit agneau. Hérode, le boucher, se tient aux aguets! Nous menons à la mort un agnelet docile, innocent et doux! Saint Luc abat le bœuf sana autre forme de procès. Le vin ne coute le moindre sou dans les caves célestes. Et les anges font le pain.
De bonnes choses de toutes sortes poussent aux jardins du ciel! De bonnes asperges, fèves, rien ne manque! Des jattes entières nous attendent! De bonnes pommes, poires et grappes! Les jardiniers nous laissent toute liberté! Veux-tu du chevreuil, veux-tu du lièvre? Les voici qui accourent en pleine rue! Est-ce jour de carême? Aussitôt affluent de frétillants poissons! Là-bas, Saint Pierre se jette avec filet et appât dans l'étang céleste. Saint Marthe se mettra aux fourneaux!
Nulle musique sur terre n'est comparable à la notre. Onze mille vierges entrent dans la danse! Sainte Ursule en rit elle-même! Nulle musique sur terre n'est comparable à la notre. Cécile et les siens sont de parfaits musiciens! Ces voix angéliques réchauffent les cœurs! Et tout s'éveille à la joie.
Illustration:Max Ernst la clef des chants

jeudi 3 septembre 2009





1°) SCARLATTI K 279 SCOTT ROSS
Andante en la majeurUn véritable labyrinthe harmonique où Scarlatii parcourt la plupart des tonalités les virages sont des enharmoniques..
2°) HAYDN (1735- 1809) *Concerto pour violoncelle et orchestre en ut majeur J. G QUEYRAS violoncelle & FREIBURGER BAROCKORCHESTER dir;P. MULLEJANS .
Moderato & adagio
Ce concerto appartient tellement au grand répertoire du violoncelle que l'on a du mal à se rappeler qu'il n'a été découvert qu »'en 1961 par le bibliothécaire des archives du Musée national de Prague.
La cadence est magnifique je ne sais de qui elle est mais je promets de me renseigner.
* Je cède davantage à mon plaisir qu'au goût des célébrations .
3°)W.F.BACH Lamento extrait de la sonate FK 7 MAUDE GRATTON
Je vous avais prévenus, j'espère que vous partagerez mon goût pour ce disque de cette brillantissime claveciniste
.
Illustration: un escalier contemporain des musiques , puisque c'est l'escalier de la reine à Versailles

vendredi 28 août 2009

ÉMISSION DU 28 AOÛT



1°) SCARLATTI K 278 SCOTT ROSS
Con velocita en en ré majeur
Avec cette tarentelle nous accédons à la deuxième moitié de notre parcours ordonné des 555 sonates ; dans 5 ans et quelques mois nous en verrons le bout . Enfin si ...
2°) BACH Missa brevis BWV 235 COLLEGIUM DE GENT di r. PH. HERREWEGHE
Il y a 20 ans presque jour pour jour, Philippe Herreweghe les dirigeait et les enregistrait pour Virgin.Le Collegium Choeur et orchestre, les solistes Agnès Mellon, Gérard Lesne, Christioph Pégardien , Peter Kooy rayonnaient , ces enregistrements sont parmi les plus remarquables d'une discographie pourtant riche de multiples joyaux.
Ce n'est pas bien le copier-coller, mais après tout je copie et je colle mon propre texte qui m'avait été inspiré par l'excellent concert de l'ensemble Pygmalion lors du dernier festival de Saintes. Depuis, je ne cesse de réécouter ces deux disques enregistrés par Herreweghe pour le label Virgin. Il faut dire qu'il avait rassemblé des solistes de rêve : Agnès Mellon (soprano), Gérard Lesne (alto), Christoph Prégardien (ténor) et Peter Kooy (basse). Quant à Marcel Ponseele, c'est l'Hautboïste, un point c'est tout.
Ces concerts de Pygmalion dont je vous avais dit le plus grand bien seront diffusés par notre consœur France Musique le 31 août 2009 à 10h30.
Bach, Messes Brèves BWV 234 et 235
Bach, Messes Brèves BWV 233 et 236
Le 1er septembre 2009 à 10h30
Raphaël Pichon direction
WILHELM FRIEDEMANN BACH Polonaise VIII MAUDE GRATTON
L'aîné des fils Bach admirablement servi au clavicorde par une jeune et fabuleuse claveciniste niortaise.
Elle a rejoint Scott Ross, Gustav Leonhardt et Pierre Hantaï dans mon panthéon des clavecinistes.
Attendez vous à l'écouter souvent !
Illustration: Michel-Jean Dupierris Escalier berges du Rhône

vendredi 21 août 2009

ÉMISSION DU 21 AOÛT


SCARLATTI K277 SCOTT ROSS


Cantabile andantino en ré majeur

Un lyrisme plein de charme et d'efficacité


CHOPIN Prélude N°7 Andantino GRIGORY SOKOLOV

Le la majeur le plus célèbre.

En 1938, alors qu'ils étaient tous deux à Paris, son ami le violoncelliste Gaspar Cassado lui demanda d'écrire ces variations sur ce thème ; le projet capota mais une commande du Royal Ballet de Covent Garden incita Mompou à les développer pour notre bonheur. Il les travailla jusqu'à leur publication en 1957

MOMPOU Variations sur un thème de Chopin MOMPOU

Le petit fils de fondeur de cloches de Tarbes sait cultiver les harmoniques.

GUASTAVINO/ ALMA GARCIA Abismo de sed MARCOS FINK / CARMEN PIAZZINI

GUASTAVINO /LEON BENAROS Mi viña de Chapanay BERNARDA FINK

Le frère chante sa soif , sa soeur lui culitive une vigne ... À vous faire regretter d'être fils unique.
ILLUSTRATION: Escalier de Bernard Lévèque

vendredi 14 août 2009

ÉMISSION DU 14 AOÜT






1°) SCARLATTI K 276 SCOTT ROSS
Allegro en fa majeur
Le dernier mouvement mouvement du triptyque annoncé la semaine dernière.
En fait on se promène en mineur et l'on ne retrouve la tonalité initiale que dans laes dernières mesures.
Dixièmes soirées lyriques de Sanxay : Aïda, opéra de Verdi ...

.www.operasanxay.fr

Ce soir la dernière représentation de cet Opéra de Verdi créé le 24 décembre 1871.
Nous aurons le privilège d'y être ,on vous racontera .
Assister à un opéra c'est se créer des souvenirs pour la vie. Vous oublierez les centaines de soirées passées devant un écran, vous n'oublierez jamais un grand opéra dont vous avez eu le bonheur d'être le spectateur.
Aïda et Michel Léiris .
On sait la passion que Léiris portait à l'opéra qui irrigue toute son œuvre.
J'ai décidé de relever dans celle-ci ce qui concerne Aïda

Quelques remarques à propos d'Aïda relevées dans OPERRATIQUES :



"Chez Verdi , le souci de l'espace va parfois jusqu'à la division matérielle de la scène : ... le caveau du dernier acte d'Aïda ( en bas Aïda et Radamés, en haut Amneris chantant et les prêtresses dansant en deux styles qui s'opposent)
Érotisme : C'est dans la mesure où il est pièce à grand spectacle que l'érotisme intervient dans le « grand opéra »... les danses lascives des esclaves , prêtresses ou captives. Mais tout cela restye assez innocent et n'est finalement , guère autrec chose que du Châtelet pour adultes .
Aïda opéra engagé:
Anticléricalisme (rôle terrible des prêtres, qui réclament la mise à mort des prisonniers éthiopiens, se montrent impitoyables à l'égard de Radamés, au dernier acte du drame triomphent dans le monde solaire d'en haut tandis que Radamés et Aïda étouffent dans le monde nocturne d'en bas )
Exotisme plus ou moins exploité musicalement
Triomphe de l'amour mais que les deux amants accomplissent par la mort
Renata Tebaldi à l'Opéra de Paris
Quelque chose comme Fausdto Coppi, tel que je l'ai vu à Cannes peu avant l'arrivée d'une étape du Tour de France : le visage sec et reposé, les cheveux bien coiffés et gominés, roulant loin devant le gros de ses concurrents tous suants, hâves et empoussiérés. Sa voix, à elle , domine avec aisance l'orchestre même tonitruant et s'amenuise parfois , sans solution de continuité, en des pianissimi parfaitement distincts et jamais détimbrés. Une seule coulée sonore , constamment musicale et passant sans à-coups du plus grave au plus aigu, du plus sourd au plus éclatant .Aux moments d'émotion, on l'entend respirer. Répondant aux ovations elle salue , bonne fille, sa main adressant au public des petits gestes mutins .


2°) Aïda :Ritorna vincitor RENATA TEBALDI /KARAJAN Vienne 1960

Dans LA RÈGLE DU JEU Fourbis
Les grottes des Baux de Provence ressemblent à des sanctuaires égyptiens et font penser au caveau où agonisent emmurés au dernier acte d'Aïda le jeune officier du pharaon et la captive éthiopienne qui est devenue son amante
Leiris va jus qu'à donner pour titre à l'un des chapitres de Fourbis l'incipit d'un air de cet opéra
Vedi di morte l'angelo
Radiante a noi si opresa
chantent suavement Radamès et Aïda, presque joyeux quoique à demi morts d'asphyxie dans leur caveau funèbre ; comme si, au sein des ténèbres où l'amour les illumine, ces deux amants – tels que jusqu'à présent, toutefois, on n'en a guère rencontré hors les romans et opéras – imaginaient sous l'aspect éclatant d'un unique archange cette brûlure qu'Aïda aura été, du moins, pour Radamès et Radamès pour Aïda.
1948-1955


Dans LA RÈGLE DU JEU Frêle bruit
Gisant dans mon underground depuis longtemps mais revenu à la surface il y a peu, ce modèle possible du nom de la petite ville : « Wiesengrund », vocable dont, en le réduisant à l'initiale, le philosophe et musicologue Theodore W. Adorno faisait précéder son patronyme et qui était le nom de sa mère,* une cantatrice, je crois. Un souvenir d'enthousiasme partagé (effet d'une commune afición chauffée à blanc par sa réverbération de l'un à l'autre de ceux qu'elle habite) m'attache à la figure replète de ce passionné d'opéra italien autant que de musique sérielle : chez l'ami, lui aussi disparu, avec qui je pris tant de plaisir à pénétrer clandestinement dans la salle presque déserte de la Scala un matin de répétition, je l'ai entendu un soir chanter le duo des emmurés du dernier acte d'Aida, à lui seul soprano et ténor que – mi-fou d'extase – il accompagnait au piano en dodelinant de la tête un peu ridiculement.
*Sa mère avait chanté sous son nom de jeune fille , Maria Calvelli.




3°) VERDI Qui Radames verra IDEM SUPRA.


Leiris aimait aussi beaucoup Satie, il écrivit à son propos "

Satie minimisa souvent ses compositions grâce à des titres ou des indications burlesques."


4)° SATIE les trois valses du précieux dégoûté D'abord par ALDO CICCOLINI piano, puis par TEODORO ANZELLOTTI

mardi 4 août 2009

ÉMISSION DU 7 AOÛT







1°) SCARLATTI K 275 SCOTT ROSS
Allego en fa majeur
Le deuxième mouvement du triptyque annoncé la semaine dernière.







Dans la série « il n'y a que sur cette vieille radio improbable, et jusqu'à quand ? » que l'on peut entendre les compositeurs aussi négligés. ..

Il en est ainsi Sergueï Mikhaïlovitch Liapounov. né le
novembre 1859 à Iaroslavl et mort le 8 novembre 1924 à Paris Je l'offre à l'écoute parce que j'ai trouvé un de ses propres enregistrements gravé sur un rouleau et repris dans un CD qui nous révèle les talents de ses amis russes Prokofiev et Rachmaniov, enfin, amis, il ne faut pas exagérer.
Je le passe pour une raison plus secrète : il a vécu avec sa mère à Nijni Novgorod et j'aime bien dire ce nom depuis ma lecture de Michel Strogoff.
2)°S.M. LIAPOUNOV Élegie sur la mort de Liszt LIAPOUNOV sur rouleau


REINHOLD GLIERE . (1875-1956 ) andantino cantabile JOULAIN /D.PASCAL
Une pièce superbe , un interprète fabuleux que voulez vous de plus ?
Pour terminer ce programme fondé sur des compositeurs méconnus ou ignorés :


4°) JOHANN VALENTIN GÖRNER (? 1762) Die Nacht ANDREAS SCHOLL
« Bienvenue douce nuit
Protège de tes ombres
Les joies à venir
Eloigne, oh éloigne le soupçon... »
C'est sur ce poème de Friedrich von Hagedorn qu'il a composé cette belle berceuse pour grands enfants pour qui " le silence nocturne ne rend que plus savoureux les élans du coeur ". Moralité : point de fornication en musique.

IMPORTANT: Ne pas oublier de se rendre à Sanxay pour les représentations d'Aïda de Verdi
Tout un village se mobilise pour nous offrir un plateau digne des grandes scènes internationales, les 10 12 et 14 août.

Illustration : Hélion les escaliers, beau sujet!


vendredi 31 juillet 2009

ÉMISSION DU 31 JUILLET








1°) SCARLATTI K 274 SCOTT ROSS
Andante en fa majeur
le premier mouvement d'un triptyque

2°) BACH Concerto pour violon en la mineur BWV 1041 ADRIAN CHAMORRO & L'ORCHESTRE BAROQUE DE COLOMBIE.






L'ami Adrian ,arrivé dans l'univers du baroque auréolé d'un séjour au conservatoire de Moscou, a joué avec les meilleurs et à tous les postes que peut occuper un violoniste, premier ou second violon, chef d'attaque , soliste ou du rang, il a sa place dans tous les orchestres; depuis quelque temps il s'occupe d'un orchestre de jeunes en Colombie, c'est de ce disque rare qu'est extrait l'enregistrement diffusé,. Pour ma part je le trouve plein de charme et il permet de se rendre compte des qualités de soliste du trop modeste Adrian Chamorro.






3°)RECHSTEINER Petit coucou pour orgue YVES RECHSTEINER
Un extrait charmant joué sur un orgue d'Appenzell, canton suisse célèbre pour son fromage et sa lenteur à donner aux femmes le droit de votation!.

4)°YVAIN WILLEMETZ Mon homme ABBEY LINCOLN
Les vacances sont propices aux escapades et une escapade en aussi charmante compagnie ne se refuse pas!



Illustration: sans commentaires, c'est scientifique la contemplation d'affiches gourmandes ne fait pas grossir.Alors une autre image en prime.

vendredi 24 juillet 2009



1°) SCARLATTI K 273 SCOTT ROSS
Vivo & moderato en si bémol majeur.
Au début de la deuxième partie une pastorale rompt avec l'ordre en vigueur.
Des espions et espionnes de confiance me l'ont confirmé je n'aurais pas dû brosser* le concert de Nicolau de Figueiredo brillant claveciniste qui fut le dernier élève de Scott Ross.
Il semble rassembler, outre les siennes, toutes les qualités de son maître.
*Manquer, sécher en belge
FESTIVAL DE SAINTES
Une maladresse informatique vous a provisoirement épargné de longs commentaires sur les concerts de Saintes auxquels j'ai assisté, mais alors que j'avais dit pis que pendre premier concert de Paul van Nevel, je suis obligé de dire mon enthousiasme pour celui consacré Aux sources d'inspiration de Lassus Gombert ,de Rore, Lejeune ...
Une manière inventive de replacer Lassus le patron au cœur des compositeurs de son temps :
2°) CLEMENS NON PAPA Prière devant le repas ENSEMBLE JANNEQUIN
Une autre très belle manière d'aborder ce répertoire, très négligée à Saintes depuis presque 20 ans .
3°) SCHÖNBERG /STEUERMANN La nuit transfigurée RAVINIA TRIO
Pianiste virtuose Steuermann fut l'élève de Busoni qui le présenta à Schönberg qui en fit son pianiste préféré créateur de ses œuvres après son émigration aux EU, il eut un grand rayonnement .Enseignant on compte parmi ses élèves Brendel et Adorno .
Cette transcription est plus proche du sextuor que de la version orchestrale donnée par Herreweghe le 17 juillet qui, si elle m'a plu .n'a pas été unanimement saluée
4°)ALBERT ROUSSEL duo pour basson et contrebasse QUIRIJN VAN REGTEREN ALTENA contrebasse JOS DE LANGE basson
Roussel composa cette pièce en l'honneur du chef Serge Koussevitzky quand il fut fait chevalier de la Légion d'honneur .
Illustration : Trésor de Horchdoff Pour les belles celtes

vendredi 17 juillet 2009

ÉMISSION DU 17 JUILLET 2009




1°) SCARLATTI K 272 SCOTT ROSS
Allegro en si bémol majeur
La même cellule rythmique sur toute la sonate.
FESTIVAL DE SAINTES
Un illustre animateur historique de radio France me confiait :
« On n'imagine pas à quel point on se vide en faisant de la radio, heureusement qu'il y a Saintes pour se nourrir, faire son marché... »
Le festival par la diversité, la richesse de ses propositions, permet toujours au mélomane, au delà de la consommation, d'alimenter ses réflexions sur la musique.
Dans le journal d'un mélomane vous pourrez oche de chacun des concerts auxquels j'ai eu le privilège d'assister..
2°) MOZART Ch'io mi scordi di te KV 505 MIRANDA VAN KRALINDEN sop. EUROPEAN SINFONIETTA dir.ED SPANJARD
Bien sûr ce n'est pas la divine Carolyn Sampsom , le pianiste Kristian Bezuidenhout, Phillippe Herreweghe et l'OCE qui dès leur première apparition lundi 13 ont conquis l'abbaye.
Mais le charme mozartien joue toujours
Si vous désirez assister aux derniers concerts hélas souvent complets, je ne puis que répéter mon conseil des semaines précédentes
Cliquez c'est magique
http://www.abbayeauxdames.org/fr/festival_de_saintes
N'oubliez pas, heureuse caractéristique de Saintes, que la plupart des répétitions sont publiques.
Si vous êtes curieux je ne puis que vous engager à consulter les critiques de concert de mon jeune et brillantissime ami Benoît Donnet sur un site fort intéressant.
http://classiqueinfo.com/
Ceci ne saurait vous dispenser de lire Renaud Machart dans le monde
Un des grands sujets de rigolade des festivaliers : la biographie traduite du flamand de Philippe Herreweghe, elle fourmille de tellement d'inexactitudes que cela devient comique.
Quand je rappelais à Philippe Herreweghe la phrase de Cioran : « La seule éventualité d'avoir un biographe est à vous dégoûter de naître .(de mémoire , je vous promets de vérifier )Il éclata de rire et me dit : "Qu'est ce tu veux ce sont les obligations du métier" »
3°) ZAD MOULTAKA Laha barou iTim ZAD MOULTAKA
Ce merveilleux musicien a honoré le festival d'une rapide visite..Très bonne nouvelle on nous annonce une de ses œuvres l'an prochain.
ILUSTRATION: Francis Harburger , actuellement à la piscine à Roubaix

mercredi 15 juillet 2009

CARNETS DE SAINTES SUITE

FESTIVAL DE SAINTES
DIMANCHE 12 JUILLET 20 H CATHÉDRALE

VAN NEVEL PROCUSTE MÊME COMBAT


Dans la mythologie grecque, Procuste était un charmant garçon au comportement plein de douceur et de gentillesse.C'était un brigand, il avait en effet pour habitude de capturer des voyageurs, de les attacher sur un de ses deux lits, les grands sur le petit lit, et inversement.Ensuite il coupait les membres qui dépassaient pour les gens trop grands, ou bien il étirait ceux des trop petits, pour les ajuster à la dimension du lit.Pour les besoins de sa démonstration: Bach a puisé dans la tradition du choral luthérien ( une évidence banale et incontestable) mais tout ce qu'il a fait était déjà dans Praetorius.
Et bien qu'il écrive dans le programme " le génie de Bach se révèle dans l'accentuation harmonique intense du choral, une modulation riche et des intonations mélodiques étonnantes en donnant...un ton résolument moderne à des mélodies vieilles de plus de deux cents "son programme écrasait tout, en passant à la moulinette et en alternant Bach et Paretorius ,
les rendant discernables aux seuls spécialistes, et encore avouaient-ils eux aussi avoir été parfois perdus.
Cette mutilation d'une œuvre pour les rendre conforme à un modèle, cette uniformisation au prix d'une déformation ou dégradation, cette élimination de ce qui ne rentre pas dans le moule, relèvent plus de la malhonnêteté intellectuelle que d'une d'une démarche artistique ou musicologique.
Énervant, ennuyeux et profondément réactionnaire ce qui peut expliquer certaines adhésions à cette démarche .

SAMEDI 11 JUILLET




FESTIVAL DE SAINTES
Samedi 11 juillet 22h30.
ANTOINE TAMESTIT UN GRAND DE L'ALTO.
Tabea Zimmerman et Youri Bashmet ces dieux vivants de l'alto ont trouvé leur pair, il s'appelle Antoine Tamestit il est né en 1979, a remporté tous les prix dont peut rêver un altiste, mais ce n'est pas qu'une bête à concours, c'est un musicien sensible un coloriste délicat qui enseigne au conservatoire de Cologne.
Avec son pianiste Markus Hadulla , un autre géant qui n'était pas sans évoquer Michaël Gees que l'on avait découvert avec Pregardien ce fut un véritable duo même si le programme était étudié pour mettre en valeur le Stravivarius 1672La musique ne s'est pas perdue dans les eaux glacées du calcul égoïste
Une première partie anglaise, avec la sonate de Rebecca Clarke et les Lachrymae de Benjamin Britten déchirante composition sur un thème de l'élisabéthain Dowland .
La deuxième partie russe Chostakovitch et Prokofief via les transcriptions de Vadim Borisovski qui fut professeur au conservatoire de Moscou et membre du quatuor Beethoven et à ce titre créateur de multiples œuvres de Chostakovitch.
Le triomphe obtenu, en particulier celui venu des derniers rangs occupés par des musiciens a justement récompensé une soirée feu d'artifice avant l'heure

Photo E.Larrayadieu

FESTIVAL DE SAINTES

JOURNAL D'UN MÉLOMANE
EXTRAITS
FESTIVAL DE SAINTES
L'ENSEMBLE PYGMALION UN VENT DE JEUNESSE
Samedi 11 dimanche 12 juillet 12 h 30.
On est d'emblée frappé par l'extrême jeunesse du chœur, de l'orchestre et du chef .
Raphaël Pichon est né en 1984,chanteur il a accumulé les expériences avec les chefs les plus renommés et visiblement il apprend vite.
Il a su rassembler autour de lui les plus valeureux de ses condisciples, son premier disque (alpha) consacré aux messes brèves inscrites au programme a reçu toutes récompenses de la critique .
Il était sur cette production avec un orchestre plus étoffé et des solistes différents à l'exception du ténor Emiliano Gonzalez Toro, ceux que l'on retrouvera avec bonheur tout au long du festival : Damien Guillon contre-ténor et la soprano Hana Blazikova.
Ils sont tous particulièrement agréables à regarder et d'une extrême concentration ; la couleur des divers pupitres est très chatoyante et l'on sent que le chef les électrise.
Le jeune violoniste niortais Gabriel Grosbard s'est bien tiré de l'impossible partie soliste que recèlent 2 de ces messes.
Espérons que Raphaël Pichon et son ensemble deviendront des piliers de ce festival.
Souvenir vivace:
Il y a 20 ans presque jour pour jour, Philippe Herreweghe les dirigeait et les enregistrait pour Virgin.
Le Collegium Choeur et orchestre, les solistes Agnès Mellon, Gérard Lesne, Christioph Pégardien , Peter Kooy rayonnaient , ces enregistrements sont parmi les plus remarquables d'une discographie pourtant riche de multiples joyaux.

lundi 13 juillet 2009

FESTIVAL DE SAINTES 2009

JOURNAL D'UN MÉLOMANE
EXTRAITS
Vendredi 10 juillet
Pas moins de deux ministres, pour assister au concert inaugural, Dominique Bussereau qui est sur ses terres et plus inopiné Frédéric Mittterand qui culture oblige, après un tour aux Francofolies, est venu à Saintes attiré par les propos tenus par Hervé Niquet sur les ondes France Musique (c'est ce qu'il a déclaré au pot d'après concert).
Bien sûr ils ont trouvé ça sublime, forcément sublime, comme si l'aveu de leur ennui aurait mis en péril la République ou plus grave encore leur image.
Ne boudons pas, nous ne pouvons que nous féliciter de voir nos élus affecter nos impôts à une musique qui disparaitrait abandonnée à la stricte application des lois du marché..
Depuis longtemps,des couleurs de pupitre Hervé Niquet souhaite faire sortir de l'ombre obscur maitre de chapelle de la cathédrale de Troyes où il fit ses débuts le 11 octobre 1687 qu'il abandonna pour Chalons en 1694 et où il revint en 1697.
Il donna son manuscrit Sébastien de Brossard. Ce connaisseur tenait cette pièce pour une des « meilleures de son cabinet»
Cette caution ne semble guère suffisante et le même doute doit secrètement animer l'artisan de cette exhumation puis qu'il éprouve au prétexte d'inviter au voyage musical et de restituer une véritable cérémonie le besoin de l'entrecouper d'arrangements instrumentaux de pièces de Frémart ou Hugard autres maîtres obscurs. Le De profundis de Charpentier et le Stabat mater de Brossard démontrent que la postérité n'est pas toujours injuste.

Malgré l'excellence des chanteurs les pupitres sont insuffisamment colorés et on a du mal à percevoir les architectures musicales sans doute intéressantes.
On a connu à Saintes des soirées d'ouverture plus flamboyantes .